Cétoine dorée

           La pluie des derniers jours mêlée à la douceur qui revient (vous noterez, je ne dis pas « la chaleur » …) offre une panacée de plantes qu’on nomme « mauvaises ». C’est vrai que pour le jardinier, elles sont envahissantes. Mais doit-on pour autant les qualifier ainsi?

          On va juste dire que je suis allée désherber cet après-midi là. Les euphorbes petit-cyprès avaient pris une telle proportion dans les jardinets que je ne pouvais que les éclaircir. Je n’ai jamais su comment elles étaient arrivées, voilà deux ans, au pied de la maison mais depuis, elles se plaisent ici. Finalement, j’y attache une certaine importance, elles ont l’art de bien camoufler ces plantes dont je parlais en première partie…Et pour mon dos sur lequel pèse le poids des ans, c’est tant mieux.

          Par contre, je remarque que cette couleur jaune attire une faune particulière aimant butiner. Ça batifole dans les massifs dès qu’un rayon de soleil illumine l’endroit.

          Ce jour, c’est une cétoine dorée (Cetonia aurata), ce coléoptère aussi appelée « hanneton des roses » qui a attiré mon attention. Oublier l’herbe pour ne se concentrer que sur la bébête et souhaiter très fort que le temps d’aller laver ses mains, chercher l’appareil-photos, elle soit encore là. Ce fut chose faite. Clic-Clac joli scarabée qui juste après la pause s’envola jusqu’au tilleul voisin.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *