Plus tard, le soleil d’hiver

          Même soir, même lieu. La fraîcheur commence à tomber avec le coucher du soleil. Simultanément. Magiques moments colorés. Bonheur simple.

           Il me faudra rechercher le passage du journal de Thoreau auquel je pense à ce moment précis.

couleurs

« Être dehors assez longtemps pour que le contact avec une saine réalité serve de lest à la pensée et au sentiment. La santé exige ce relâchement, cette vie sans but… Je reste en plein air à cause de l’animal, du végétal, du minéral qui sont en moi » (Journal, 4 novembre 1852) THOREAU

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *