Le devenir de quelques prunes

 

 

Dans mon petit panier d’osier tressé par mon grand-père, j’ai déposé quelques prunes cueillies avec soin. Les seuls fruits de l’année. Pas de pommes, pas de cerises, pas de mirabelles. 

Avant que les merles ne les aient tous béquetés, je me suis dépêchée.

J’ai sorti la traditionnelle recette du vieux cahier pour pouvoir déguster quelques heures plus tard un délicieux clafoutis.

Il était d’autant plus goûteux que ces fruits-là venaient de mon arbre au fond du jardin.

clafoutis prunes

Un Commentaire

  1. Hé bien, chez nous…. elles ont oublié de pousser sur les arbres…
    Plein de bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.