Vous avez dit « Solidarité »?

 

 

C’est en écoutant la nouvelle toune des cowboys que je me dis qu’au Québec, c’est l’même bordel qu’ici en France. Partout dans le monde qui craque, on a tous conscience qu’on a épuisé les ressources de la planète mais on se rejette la balle brûlante. A qui la faute? 

So So est la solidarité. On veut bien partager, faire des efforts mais quand tu sais que les banquiers, les gouvernements de partout ne nous soutiennent pas plus que ça, ça démoralise et l’envie de baisser les bras apparaît vite. On est tous dans le même bateau sur cette eau qui finalement n’est pas répartie équitablement pour chaque humain, qu’il vive dans un pays riche ou pauvre. Toi, tu sais comment ne pas gaspiller, tu coupes systématiquement l’eau quand tu vas te brosser les dents. Tu agis en citoyen responsable et tu dis que les gros qui nous gouvernent pourraient un peu s’occuper de notre sort même si finalement, on n’est pas si mal sur Terre… Mais quand même, que font-ils? Mener des débats pour la déchéance de nationalité, avoir remodelé les régions, viser nos petites communes pour les faire se regrouper, d’où une suppression de certains villages qui vont finir sous des boîtes en verre dans les musées… J’ai lu que la commune fusionnée pourra continuer à recevoir les indemnités de solidarité rurale de ses membres. Mouais… Faut p’têtre pas nous prendre pour des idiots. On n’en veut pas. Brandissons les bannières pour toutes ces inepties et revenez Mesdames, Messieurs de là-haut à du plus concret, plus humain, plus social. 

Et puis, quand les grandes multinationales génèrent des profits démesurés, incalculables par ta petite personne, là ça te fait suer et tu hurles. Tu te réveilles, tu viens me toper et on va se mobiliser. Nous voilà engagés pour la bonne cause jusqu’à quand? Il ne faudrait pas qu’on retombe dans la routine parce qu’on n’est pas entendus ! Parce que là-bas,  les grands groupes s’approprient les biens communs qui vont être cotés en bourse sans se soucier des écosystèmes, des sources qui se tarissent, de l’air qu’ils ont vicié.  

Danger ! Etat d’urgence… Branle-bas de combat général. Gaspillage, surconsommation, négligence. Il faut faire vite avant qu’il n’y ait plus rien. À grands coups de Rio+20, de COP21 les gouvernements s’invitent à lutter contre la crise écologique. Tu vois le résultat ? Non, mais si, viens, je t’attends, viens à nouveau me donner ta pogne. Ensemble, dans nos petits coins de campagne, dans nos petits actes de village, de nombreuses actions se mettent en place pour mieux vivre ensemble. Allez voir « Demain », ce film qui donne une vigueur nouvelle, qui procure une vision positive du monde. Il n’y a qu’à taper « demain, le film » dans tout moteur de recherche.  Prenez exemple : Incroyables Comestibles, les Transitions, les mouvements Colibris, les Cafés Suspendus… La liste est longue. Commencer à en citer revient à en oublier. Ils y sont arrivés. Nous pouvons le faire…

Revenons à cette valeur sociale importante, lien fraternel pour une démarche humaniste.

En même temps que le réenchantement du monde que nous aurons à accomplir, la beauté étant à l’évidence une nourriture immatérielle absolument indispensable à notre évolution vers un humanisme authentique, nous devons également et impérativement trouver une façon juste d’habiter la planète et d’y inscrire notre destin d’une manière satisfaisante pour le cœur, l’esprit et l’intelligence. J’entends par beauté celle qui s’épanouit en générosité, équité et respect. Celle là seule est capable de changer le monde, car elle est plus puissante que toutes les beautés créées de la main de l’homme, qui, pour foisonnantes qu’elles soient, n’ont pas sauvé le monde et ne le sauveront jamais. En réalité, il y va de notre survie. Le choix d’un art de vivre fondé sur l’auto-limitation individuelle et collective est des plus déterminants; cela est une évidence. (Pierre Rabhi (créateur du mouvement Colibris) – Vers la sobriété heureuse)

(livre tout neuf, tout beau, reçu hier)

4 Commentaires

  1. La Transition d’ici reprend les thèmes du mouvement Colibri et de la Transition de Rob Hopkins mais ils se recoupent et se complètent.

  2. Oui et puis tu te dis, bwarf qu’est ce que ça va changer, moi à mon tout petit niveau. Je ferme l’eau quand je me brosse les dents, mais une grosse usine déverse des tonnes de boues contaminées direct dans la mer méditerranée… Mascarade de la COP 21…. Nos dirigeants ne donnent pas l’exemple, ou plutôt faites ce que je dis pas ce que je fais…
    Et puis, justement parce qu’il y en a une qui te sort vraiment par les trous de nez, tu te dis allez, vais lui dire ce que j’en pense, tant pis si on est 4 pelés et un tondu ( mais tu sais qu’au moins tu seras avec un barbu) Et là, malgré le froid et la neige, les routes pourries, purée, y’a plein de gens qui se sont dit la même chose que toi, tu te retrouves dans un grand cortège, la police en compte 2300, sur un vidéo un mec dit en avoir compté 3250. Pour la nature, pour ces espèces qui « servent à rien » (à part emmerder le monde), pour mes filles, et leurs enfants, parce que je pense qu’un monde aseptisé par l’homme et pour l’homme ne pourrait aller bien loin. Ben voilà, même si cette marche a eu comme résultat 0+0 au niveau politique, elle aura eu le mérite de se dire qu’une goutte plus une goutte ben ça fait vraiment des fleuves et des océans !!
    Bisous Evy <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.