étang en pleurs

Un dimanche matin sous la pluie, sous les larmes du ciel.

Je ne partirai pas sans te rendre visite, mon bel étang. Aujourd’hui, tu es tout chagrin. 

On s’en fout, si on est trempé. L’essentiel est d’y aller. Je suis pressée. Quelque soient les conditions climatiques, être à Les Voivres sans aller voir l’étang m’est inconcevable…

Vers ton eau, dès que je goûtais des joies ou peines,
Je courais m’évader, le plus souvent pleurer.
Cent fois, je m’élançais pour me désaltérer
A la source d’amitié sûre, où elle est reine.

Ah! soleil, tu pouvais bien vivifier le monde,
M’éblouir de tes jets ardents et lumineux,
Donner aux nuages un velouté laineux,
Aux fleurs une beauté souriante et féconde,

Dans ma souffrance sourde, tout me semblait sombre…
Toi qui roulais en perles moirées de vermeil,
Très inconsciemment tu m’invitais au sommeil.
Mais ta compagnie, mon étang, chassait les ombres.

Tout à la fois différent et toujours le même,
Quand la nuit de ses ténèbres t’enveloppait,
Mon coeur, las et triste, d’émotion galopait.
Ô flot fascinant, comme il fallait que je t’aime !

Des rides argentées, à des soupirs semblables,
Sillonnaient de clairs reflets ton cours langoureux.
Qu’offrais-tu par cet indolence d’amoureux ?
Aucune solitude n’est inexorable …

 Annie Quatresol Dieufrance
Découvrez LiensLesVoivres88240

2 Commentaires

  1. J’aime les feuilles de hêtres qui tranchent sur la grisaille en
    En gris les gouttes de pluie sur les branches çà ressort bien

    • Merci. Pas déçue du rendu des clichés malgré la grisaille et la pluie incessante ce dimanche matin.
      La votre sur Météo des Vallées est sympa aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *