Étang, toujours tu me surprendras



Plus d’un mois sans retourner voir l’étang que j’aime tant !

« Quoi? » me direz-vous.

« Tes derniers articles ne parlent que de ça ! »

Mais non, mais non. Je veux vous parler de l’étang Lallemand, celui qui se situe sur la commune de Les Voivres. Il faudrait suivre un peu !

Donc, hier soir, me voici embarquée à bord de la toto-mobile. Direction le village.
Je pensais que le soleil attendrait avant de se coucher et qu’il m’offrirait ses reflets sur l’onde. Raté de peu. Il était déjà derrière les grands arbres de l’autre côté des bacs de l’aquaculture de Fred. Pas grave, l’essentiel est que je sois, pour un instant, à marcher le long des berges du plan d’eau. C’est si bon d’être là.

Pas de soleil mais beaucoup de vent. Une bise froide qui me congèle et me donne la tremblotte. Faudra-t-il penser à mettre la doudoune bientôt?

Les canards qui nageaient tranquille sur l’eau se sont envolés à ma descente de la voiture. Je les suivais du regard jusqu’à ce qu’ils se posent derrière le monstre qui veille sur l’eau mais que nenni, le zoom n’aura pas suffit à me donner une image suffisamment nette.

 

 

 

Tu ajoutes le froid là dessus et tu imagines, à peu près, ce que j’ai obtenu en clichés.

On restera dans le classique. Pas tant que ça, puisque de toute façon, c’est l’étang le plus beau que je connaisse.

Encore quelques pas, en direction du chemin de planches puis il me faut reprendre la route. J’ai un rendez-vous.

 

 

 

 

 

Et là, pris de remords, l’étang m’offre un baiser de lune. Moment magique.

Un petit coup d’œil aux yourtes, une pensée pour mon amie Claire qui doit être tout cocoon auprès du feu qui crépite dans son poêle.

Découvrez LiensLesVoivres88240

4 Commentaires

  1. Les feuilles tombent avec ce vent. Automne ou hiver ?

  2. « Il faudrait suivre un peu ! » : on essaie, on essaie. Remarque classique d’un(e) enseignant(e), heureusement compensée par un amour étonnamment fort pour un étang dont j’étais loin d’imaginer, il y a maintenant une soixante d’années, le « destin » que lui forgerait la commune de Les Voivres.
    En dépit du froid , des tremblements et du fouettement de la bise, les photos sont réussies et le « baiser de lune » va sans doute rester longtemps « un moment magique » .

    • A l’étang, comme à Les Voivres, tout n’est que magie et les rêves deviennent réalité. C’est ça Les Voivres, c’est comme ça, ça ne s’explique pas… même quand on suit 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *