La tendresse

Adeline et Pierrot nous reviennent avec des mots chantés, des accords mélangés et une tendresse exprimée.

Des notes de musique, des regards, un silence, un partage.

Leurs chansons, leurs  reprises, c’est donner sans redondance, c’est offrir discrètement mais sincèrement des sentiments délicats. Une attention qu’ils communiquent par leurs voix qui se mêlent, une mélodie telle un duvet qui se fait caresse pour notre bien-être.

Aujourd’hui, ils nous révèlent la tendresse, celle  qui vient du coeur et dont chaque être vivant a besoin, celle qui permet d’atteindre l’âme de l’autre en toute pudeur. Forme d’altruisme qui nous guide sur le chemin de la vie. 

« Vivre sans tendresse, il n’en est pas question. » M’en voudront-ils si j’apporte en complément de leur tendresse celle que Henri Tachan nous expose ? Ce renard qu’on apprivoise, cette émotion que l’on perçoit de la naissance jusqu’à la fin de la vie. Une main tendue, un sourire, un  mot griffonné à la hâte, une aide.

Paroles et musique : Henri Tachan

C’est un air de flûte, la nuit,
Qui s’enroule au cou des brebis,
La tendresse,
Un vieux bouquin parcheminé
Qu’on lit devant la cheminée,
La tendresse.
C’est la colombe encore vaincue
Qui fait pourtant le pied de grue,
La tendresse,
Ce bel oiseau blanc déployé
Quand le désir est empaillé,
La tendresse...

C’est quatre notes d’un piano
Qui, bêtement font le coeur gros,
La tendresse.
C’est cette brute qui, soudain,
Éclate en sanglots dans ses mains,
La tendresse.
C’est, sur le quai de cette gare
L’émigrant qui cherche un regard
De tendresse.
Derrière les murs d’un lupanar,
C’est ce petit ticket d’espoir,
La tendresse...

C’est bien moins haut qu’votr’e Paradis,
C’est tout au fond du ventre enfoui,
La tendresse.
Ça s’apprivoise comme un renard,
Heure après heure, vingt ans plus tard,
La tendresse.
C’est ce qu’on avait en naissant
Lorsque l’on était innocent,
La tendresse.
C’est tout ce qui reste encore
Pour faire un pied d’nez à la Mort,
La tendresse.

 

Offrir sans demander, prendre le temps d’échanger, être présent pour l’autre, accorder un peu d’attention et d’écoute. Vivre le moment présent sans regret du passé,  sans prescience du futur.

 

 

 

8 Commentaires

  1. Merci infiniment pour cette belle présentation !
    Très belle chanson de Tachan. Une idée pour Ma Petite Chanson.
    Encore merci !

  2. Merci du fond du coeur Evelyne pour ce bel article !
    On voulait à travers cette chanson offrir de la tendresse, si nous avons atteint ce but nous sommes satisfaits.
    On en a tous besoin et pas si difficile d’en donner un peu en se faisant plaisir.
    Alors n’hésitons pas « faites pleuvoir au fond de nos cœurs des torrents de tendresse. « 

    • Objectif atteint madame la référente musicale 😉
      Un jour tu fredonnais cette chanson, loin de penser qu’elle serait si joliment interprétée par vous deux
      Bisous

  3. Belle chanson

  4. Il faut que tu te mettes d’accord avec Claire sur une date

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.