Dimanche soir

La pluie est tombée, ruisselant comme une aquarelle de bleu et de gris.

 

Un dimanche lourd qui se traîne avec lenteur, amorphe.

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits 

Baudelaire – Spleen (extrait)

Au jardin, des perles cristallines persistent sur les tapis redevenus verts et qui se colorent par touches ici et là.

Un brin de soleil déchire le ciel, un soleil presque chaud qui s’étire paresseusement essuyant les traces de pluie. 

Juste une p’tite sortie avant d’allumer les lumières, en sons, en échos

Harmonie du soir

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

   

                                                                                    Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
                                                                                     Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ;
                                                                                      Valse mélancolique et langoureux vertige !
                                                                                     Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !          

(Les Fleurs du Mal – Baudelaire)

 

 

 

6 Commentaires

  1. C’est quand même bon Baudelaire

  2. Oui, mais la preuve que l’art ne peut sublimer un tourment. Il ne sert qu’à se gratter

  3. Voilà un article qui tranche avec les polémiques de la commémoration (ou non) du 55ème anniversaire du 19 Mars 1962.
    Bon, je sens que la maitresse va écrire « Hors sujet » dans la marge !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.