En classe à Les Voivres

Je disais « Quand je serai grande, je serai maîtresse à Les Voivres ». J’ai pourtant grandi depuis mais l’école a fermé. Ce n’est pas la faute à Michel Fournier qui s’est battu corps et âme, bec et ongles pour que les enfants du village ne soient pas trimbalés interminablement dans les bus scolaires mais juste pour aller dans le village d’à côté. C’est déjà bien assez tôt de perdre du temps sur les routes quand ils rejoindront le collège… s’il en reste un sur le secteur ! 

Bref, revenons à mon histoire, j’ai amené mes élèves à Les Voivres au centre ODCVL La Maison d’ici.

Une classe verte, à la découverte de la forêt, des sentiers, des petits étangs puisque l’étang Lallemand n’est pas encore remis en eau (ça va venir, j’ai vu une pelleteuse dedans mercredi), de la zone humide…

3 jours pendant lesquels les p’ti CP ont quitté l’école dite traditionnelle. Un apprentissage sur le terrain qui prend un tout autre sens qu’en classe. Nous étions dans le vrai, dans le concret. 

Du réveil qui les pulsait pour de nouvelles aventures jusqu’au sommeil qui les engourdissait dans des rêves merveilleux prolongeant leurs découvertes, mes p’ti CP étaient aux anges. Du soleil plein la tête, des rêves plein le coeur, de l’énergie puissance 10 plein leur corps. Il en fallait pour faire les aller-retour « le centre – l’abri d’ici » pour ensuite rejoindre l’étang ou la forêt. Ça trottinait en chantant sur le chemin du moulin des Voivres, le petit ruisseau les accompagnait dans sa course mélodieuse, les fleurs offraient leur plus jolies couleurs pour leur passage.

Geoffrey, Fred, Harmonie, Adeline, Bernard, Claire, Jean-Philippe, Urszula avaient concocté un séjour merveilleux à ces petites fées et lutins venus tout droit de la Haute-Saône accompagnés d’un ours.

Quand même, les Vosges c’est très loin et on y vit des aventures extraordinaires comme celles de se balader sur les terres du sotré, goûter sous une yourte, pêcher avec une épuisette les plus étranges bestioles de la terre, jouer les Sherlock Holmes dans une forêt. Quand les chers bambins sont bien fatigués, des histoires illustrées sorties d’un kamishibaï les bercent et les emmènent dans le pays des songes, chevauchant un tapis haut en couleurs, créé spécialement pour l’occasion.

Ils en auront des souvenirs à raconter, ils m’en ont offert des moments de bonheur…

Adieu le stress, bonjour les rêves !

Ouvrez vos mirettes, vivez et riez

Dream up ! Dream up !

Et quand Ninon, en pleurs dans le bus du retour, me donne la raison de ses larmes « je voulais rester encore à Les Voivres » je comprends… Ça ne peut pas être autrement, tu goûtes un morceau de Les Voivres, tu t’en délectes et tu tombes sous le charme.

Merci à tous ceux qui ont permis la réalisation de cette belle expédition to Les Voivres.

Découvrez LiensLesVoivres88240
Découvrez LES VOIVRES 88240

 

12 Commentaires

  1. Chouette expérience 🙂 Nous les loulous vont partir dans les Alpes cet été en camp organisé par notre assoc, ils adorent aussi 🙂

    • C’est beaucoup d’entrain pour préparer un tel séjour mais ça en vaut la peine.
      Dis moi :tu n’auras pas le cafard hein ? 😉
      Bisous

      • Je sais pas, la première année fut dure l’an dernier, surtout de pas avoir de nouvelles pendant une semaine mais je me dis que cette année je vais être rodée !

        • Nous avions le site « on donne des nouvelles » qui a permis aux parents d’être informés régulièrement par des textes et des photos
          Ils étaient contents

  2. J’adore les enfants avec l’ours dans le pré.
    J’ai l’impression qu’à lui tout seul il a apporté une touche supplémentaire à ces journées.

  3. c’est çà et moi qui pouponnait.

  4. Que de doux rêves après un tel séjour, ces bambins ne demandent qu’une chose, revenir au plus vite dans ce havre de bonheur.

    • Je pense que certains reviendront avec leurs parents
      J’espère pouvoir redonner la chance à d’autres CP, ces années prochaines, de venir à leur tout vivre de telles aventures dans ce cadre si merveilleux

  5. « sur le chemin du moulin des Voivres » : je l’ai parcouru bien des fois… il y a une bonne soixantaine d’années !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *