Quand la pluie s’invite à l’étang

Calme et rêverie pour terminer la journée. Il pleut mais qu’importe, le lieu est propice à la sérénité.
Nature à l’état pur.


L’étang tel un miroir perlé se laisse admirer. Il émane, pour l’occasion, son parfum de pluie. Un bouquet d’odeurs qui explose dans l’air ambiant, digne des fleurs les plus précieuses. 

Le temps file et pourchasse sans trêve,

Toute vie, de l’aurore au couchant ;

A l’envers réfléchissent les rêves, 

Projetés dans le flou des étangs.

Le reflet souligne et surélève

La forêt que l’horizon suspend, 

Prolongeant dans les eaux, sous la grève, 

Le tracé de ses troncs ondoyants.

Sur la berge se scelle et s’embrève

Chaque souche, à son double troublant, 

Rêves et temps font confluer leurs sèves

Sur le fil, entre inerte et vivant.

Comme l’ombre esquisse et parachève

Les objets éthérés dans le vent,

Le concret s’alimente du rêve

Et le rêve est nourri par le temps.

Charivari – 

Tu viens, on descend jusqu’à la Colause? Mais je ne suis pas certaine que je ferai le chemin inverse. Je pourrais bien rester là-bas, auprès des fées.

Découvrez LiensLesVoivres88240

2 Commentaires

  1. passe mon bonjour aux fées la prochaine fois….
    bisous, plein…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *