Juste après, la lune

Retour du village. Je regardais la lune, elle était belle et ronde, éclatante.

Avant de dormir, je vais lui rendre visite sur le site fantastique qu’est le parc  Paris 1900 laissé à l’abandon. Là où se dressent des bâtiments non terminés, là où l’Ognon s’écoule paresseusement, là où l’ambiance la nuit est toujours spéciale.

Un nuage. Une apparition. Un bruit proche qui file. 
Un frisson. Le froid en cette nuit.

La lune blanche…

La lune blanche
Luit dans les bois ;
De chaque branche
Part une voix
Sous la ramée…

Ô bien-aimée.

L’étang reflète,
Profond miroir,
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure…

Rêvons, c’est l’heure.

Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l’astre irise…

C’est l’heure exquise.

 

Paul Verlaine, La Bonne Chanson

4 Commentaires

  1. J’aime Verlaine aussi, un peu précieux parfois quand même.

  2. La Lune a beaucoup à nous dire mais est aussi à l’écoute de nos souhaits, c’est pourquoi il est si important de la contempler dans son entièreté, de l’admirer dans cette époque si particulière 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *