♥ Mon gamin, mon amour ♥

Mon enfant, mon amour

Je t’ai toujours porté un amour infini depuis que j’ai su, qu’en moi, tu vivais. Te sentir bouger dans mon ventre puis enfin te tenir tout bébé ce samedi 25 avril ont renforcé cet amour incommensurable. Les émotions ont commencé, tant de bouleversements qui me secouaient et qui nous ont fait grandir, toi et moi. Tes petites mains potelées que je prenais dans les miennes, tes yeux d’un bleu très foncé qui fixaient les miens, ton odeur dans laquelle j’aimais m’enivrer.  Mon cadeau de la vie ! Nous étions deux pour la vivre et ensemble, nous serons forts.

Premières tétées foirées, premiers câlins tendresse, premiers bobos de bébé, premières chansons fredonnées à ton oreille, premières balades, premiers pas, premiers fous-rires, première rentrée scolaire. Toutes ces premières fois qui soudaient notre amour.

Les années ont passé, il y a eu des peines, des joies, des pleurs, des rires. Tu as grandi. Te voilà grand ! La place que tu occupes dans mon coeur est toujours aussi importante, c’est un coin spécial douillet où je te sens encore maintenant. 

Ce soir, tu pars pour de nouvelles aventures. Tes études t’emmènent loin, trop loin de moi. Mais je suis fière de ta réussite. Tu as travaillé dur, sérieusement et tu intègres une école méritante. Je me souviens de tes premières années de classe, les punitions, tes maîtresses (et moi aussi… du coup) qui étaient lasses de tes bêtises. Mais j’ai toujours eu confiance en toi, je n’ai jamais douté. C’est difficile de te laisser partir, j’ai peur. Je pleure. Mais le lien que nous avons agencé, tissé durant 20 années est spécial et fort. Il nous unira quelque soit la distance. 

Le temps a filé. Vite, trop vite. J’ai fait des fausses manœuvres, j’ai essayé d’être à la hauteur, j’ai failli quelques fois en te conduisant sur le chemin de la vie, je t’ai accompagné comme j’ai pu, à l’intuition

Mon enfant, mon gamin, mon amour, je t’aime. Tu es ce que j’ai de plus cher au monde et le bonheur de t’avoir me permet de ne pas flancher devant les épreuves de la vie. 

Sois heureux mon fils, tu le mérites. Prends soin de toi. Cultive le bonheur. 

Bonne route 

 

 

4 Commentaires

  1. Bon courage à toi et bonne route à lui !
    Cette année c’est la dernière avec mes bébés, l’année prochaine une étape sera franchie, avec ma grande qui ira au collège, il parait que c’est le début d’une accélération magistrale dans ma vie, déjà qu’elle défile à toute allure, c’est pas gagné…
    Bisous à vous

    • Oui, tout passe si vite… ON ne se rend pas compte et déjà les voilà qui partent plus loin.
      Concernant sa route, il est passé pas très loin de chez toi 😉
      Profite au maximum de tes 3 loulous
      Bisous à vous

  2. Belle déclaration.
    Je n’avais pas 12 ans quand je suis parti et ce sont peut-être les mots d’amour que ma mère, à défaut de me les dire (à l’époque, çà ne se faisait pas vraiment), aurait aimé m’écrire. Dans ce domaine, je pense, sans doute à tort, qu’il est plus facile d’écrire – a posteriori et avec tous regrets que cela peut comporter – que de dire.
    Mes parents n’auraient pas « dépareillé » parmi les faiseux mais ils étaient, comme beaucoup d’autres, plutôt taiseux et les moyens modernes de communication n’en étaient encore qu’à l’âge de pierre.

    • Effectivement, ce n’est pas facile de dire les pensées !
      Il y a toujours cette retenue qui, bon sang mince, ne devrait pas
      On n’est jamais prêt vraiment à laisser partir ses enfants. La mère poule que je suis va souffrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.