étang sous la brume

Deuxième jour d’école, réveillée tôt, j’ai le temps de passer à l’étang noyé sous la brume dans le soleil qui se lève. 

La brume sur l’étang

 

Un voile léger comme une douce caresse

Est venu ce matin se poser sur l’étang,

Un échange d’amour, de profonde tendresse,

Etrange volupté d’un merveilleux moment.

 

De l’onde frémissante, lentement est sortie,

Pour monter jusqu’aux cieux, une âme légère

Aussi blanche qu’était la gelée cette nuit,

Déposée sur l’herbe comme un manteau d’hiver.

 

Le temps s’évapore et moi je reste là

A contempler les choses, tout en rêvant encore

Devant cette beauté qui s’éveille pour moi,

Quand le soleil étire de longues mèches d’or.

 

La nature s’illumine et reprend ses éclats,

La campagne assoupie se réchauffe enfin

Et s’ouvre, émerveillée, sur un voile de soie,

Que la nuit a laissé en partant ce matin.

 

Une brume légère, comme un tendre sourire   

Est venue se poser doucement sur l’étang

Puis elle est repartie, lentement, sans rien dire,

Emportant avec elle tous mes rêves d’enfant.

 

                                                        ( extrait d’ Il est le temps des roses… )  

 

4 Commentaires

  1. De l’été sans rosée aux matins brumeux.

  2. « réveillée tôt » : l’avenir appartient à ceux (celles) qui se lèvent tôt.
    Attention pour les pieds car on dit aussi : « pieds mouillés, rhume assuré ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.